13 novembre 2014

EAN : 9782846705455

25 x 17 (à l'italienne) - broché - 96 pages

18,00 €

Pour les commandes à l’étranger, merci de nous contacter directement par mail : contact[at]lecavalierbleu.com.

Carnet de route d’un voyageur en Afrique de l’Ouest

Cécile CANUT, Elsa RAMOS

  • Lire un extrait

Les Africains voyagent depuis longtemps, pour de multiples raisons, variables selon les époques, les lieux et les dynamiques sociales. D’une région à l’autre, d’un pays à l’autre, parfois d’un bout à l’autre du continent, des hommes, et des femmes, s’engagent sur les longues routes qui sillonnent l’Afrique. Si les historiens et les anthropologues ont pu reconstituer les trajectoires multiples prises au cours des siècles, peu se sont intéressés aux paroles que ces cheminements ont entraînées alors qu’elles s’inscrivent dans le quotidien de ceux qui vivent directement ou indirectement la migration.
Le voyage suscite en effet de multiples discours et récits qui circulent entre ceux qui partent, ceux qui restent et ceux qui ne pourront jamais partir. Il donne naissance à de multiples mots renvoyant aux parcours, à la vie au loin ou au chemin.

Avec les contributions de :
 Sylvain Ago Kouakou, Sandra Bornand, Sébastien Boulay, Alice Degorce, Aziz Faty, Clémentina Furtado, Daouda Gary-Tounkara, Mélanie Jacquemin, Marina Lafay, Cécile Leguy, Mouhamed Abdallah Ly, Véronique Petit, Abdourahmane Seck, Cheikhna Wagué

Sommaire

Introduction

NIGER

– Ganji (Brousse ; en zarma)

– Yamma & kurmi (Ouest & pays forestier ; en zarma)

– Hangasin (Le compagnon ; en zarma)

– Yammayize & kurmiize (Enfant de l’ouest & enfant de la forêt ; en zarma)

– Jaaway (Passer la saison froide ailleurs que dans son village ; en zarma)

PORTRAIT : TROIS FRÈRES

– Jawiize (Fils de la saison froide ; en zarma)

– Tallako (Colporteur ; en zarma)

– Jaaje (Rentrer au bercail ; en zarma)

– Faransi (Pays côtiers ; en zarma)

– Zarma zeeno (Le vieux Zarma ; en zarma)

BURKINA FASO

– Sore (La route ; en moré)

– Train (Train ; en français)

– Ba-yiri (Village du père ; en moré)

– Kaoos weoogo & Paa weoogo (Il a duré en brousse & il est resté en brousse ; en moré)

– Lebge (Revenir sur ses pas ; en moré)

– Locataire (Les locataires ; en français)

– Zake tuuma (Travail dans la cour ; en moré)

PORTRAIT : KARIMA

– Tẽnga, diaspo, VDV (Broussard, diaspo et VDV ; en français et moré)

CÔTE D’IVOIRE

– Boyorodjan (Qui vient/qui sort du lointain ; en dioula)

– Gaou (Naïf ; en nouchi)

– Benguistes (Les émigrés ; en nouchi)

– Poste frontière (Poste frontière ; en français)

PORTRAIT : ATTA KOKO

MALI


– Tungaranke (Étranger ; en bambara)

– Lo cú mi ɲú (Il a enfoncé sa tête ; en boomu)

– Lé-lé-béré’a (Partir à l’aventure ; en boomu)

– Baaragnini (Un chercheur de travail ; en bambara)

– Car-rapide, bâchée (Véhicule de transport ; en français)

– Coxeur (Rabatteur, agent de transport ; en français)

– Exode (Migration ; en français)

– Baana-baana (Petit commerçant sans grande valeur ; en bambara)

– Les 52 (Les petites bonnes à Bamako ; en français)

– Refoulés (Migrants refoulés aux frontières ; en français)

– Marun warama (Ceux qui font la culture en plaine ; en dogon)

– Les « naphtaline » (Les migrants dogons ; en français)

– Aventurier (Voyageur, migrant ; en français)

– Être sur/rejoindre le goudron (Voyager sur les grands chemins ; en français)

– Dagaye (Partir, émigrer ; en soninké)

– Silahanda (Viatique ; en soninké)

– Ta(g)ama (Marcher ; en bambara)

– Kille (Itinéraire ; en soninké)

– Kaara (Lieu d’origine ; en soninké)

– Kaseti (Cassette ; en soninké et bambara)

– Baase (Cadeau au migrant de retour ; en soninké)

– Jaajayinbalaaxu (Celui qui a échoué en migration ; en soninké)

MAURITANIE

– Ṛḥîl (Déplacement ; en ḥassâniyya)

– Tâsuvṛa (Sac de voyage ; en ḥassâniyya)

– Ṛaḥle (Selle d’homme ; en ḥassâniyya)

– Seddeṛ (Errance, drague ; en ḥassâniyya)

SÉNÉGAL

– Luttude (Ne plus revenir ; en pulaar)

– Jaajaade (Le « bien revenir » ; en pulaar)

– Nawetaan (Ouvriers saisonniers issus des zones rurales ; en wolof)

– Ndakaaru (Dakar ; en pulaar ou wolof)

– Baol-Baol (Jeune migrant vers les centres urbains ; en wolof)

– Fatou-Fatou & Modou-Modou (Les migrants internationaux ; en wolof)

– Nawtaal (Ailleurs, appel, rappel ; en wolof)

– Wootal (Faire rentrer par des procédés mystiques une personne longtemps restée à l’étranger ; en wolof)

– Kayiit ke (Les papiers de voyage ; en sereer)

– Dakaar (Le nouvel arrivant ; en wolof)

– Boutikou-mbag (Celui qui porte sa boutique ; en franco-wolof)

– Jaatigi (Le logeur ; en soninké et bambara)

– Vacancier (Migrant de retour en vacances ; en français)

– Come on town (Branché, urbain ; en anglais)

– Fekki (Rejoindre quelqu’un ; en wolof)

– Gaddaye (Exil, s’exiler ; en wolof)

– Barça wala barsaq (Barça ou la mort ; en wolof)

– Mbek-mi (Coup de tête ou choc brutal entre deux choses ; en wolof)

– Tekki (Réussir ; en wolof)

CAP-VERT

– Mandjaku (Les Africains du continent ; en kréol capverdien)

– Téra longi (Terre lointaine ; en kreol capverdien)

– Manda mantenha (Saluer ; en kréol capverdien)

– Sôdadi (Souvenir nostalgique ; en kréol capverdien)

– Emigranti (Émigrant ; en kréol capverdien)

PORTRAIT : LUCILINA

– Dispidida (Les adieux ; en kréol capverdien)

– Partida (Moment de la séparation ; en kréol capverdien)

– Duku (Celui qui revient les poches vides ; en kréol capverdien)

– Bidon di Merka (Bidon d’Amérique ; en kréol capverdien)

– Rapatriados (Rapatriés ; en kréol capverdien)

Pour aller plus loin

 

Presse

– Cécile Canut a été interviewée pour un article dans Le Nouvel Obs, daté du 26 août 2015. Pour le lire, cliquez ICI.

– Entretien avec Elsa Ramos dans Causes communes, le magazine de la Cimade, n°88, avril 2016.