3 mai 2018

EAN : 9791031802732

14 x 20,5 - broché - 240 pages

20,00 €

Pour les commandes à l’étranger, merci de nous contacter directement par mail : contact[at]lecavalierbleu.com.

Format ePub : 9791031802961

12,99 €

Femmes d’exception : les raisons de l’oubli

Yannick RIPA

  • Lire un extrait

Illustres en leur temps, nombre de femmes sont tombées dans l’oubli sans raison apparente. Comprendre les causes et les modalités de cette invisibilisation qui n’atteint jamais la notoriété masculine, telle est l’ambition de ce livre.

A travers vingt portraits de femmes d’exception qu’il ramène à la vie, il questionne cette stratégie, toujours à l’œuvre, et sa fonction dans la perpétuation des assignations de genre. Ainsi se révèle le détournement de la notion même d’exception, dès lors qu’elle est attribuée à « la femme » postulée des siècles durant faible, fragile, inapte à créer et à agir dans la sphère publique. L’ouvrage décèle trois modes d’évitement : l’exceptionnalité féminine pathologisée ; l’amputation mémorielle ; et enfin l’instrumentalisation pour renforcer la règle du genre.
La raison première de cet oubli mémoriel reste assurément le refus de l’égalité entre les sexes.

Yannick Ripa est professeure d’histoire contemporaine à l’université Paris 8, et spécialiste de l’histoire des femmes et du genre. Membre du Labex écrire une histoire nouvelle de l’Europe (axe genre) et du laboratoire SIRICE, elle est également collaboratrice au cahier Livres de Libération.

Sommaire

Prologue : Marguerite Durand, la mémoire des femmes

Introduction

UNE FOLLE MÉMOIRE

Théroigne de Méricourt, « Amante du carnage »
Olympe de Gouges, de l’oubli au mythe
Lumina Sophie, le refus de « naître libre mais enchaînée »
Madeleine Pelletier, « un individu avant d’être un sexe »
Camille Claudel, l’éternelle interdite

UNE MÉMOIRE AMPUTÉE

Flora Tristan, « une drôle de bonne femme »
Maria Deraismes, la philosophe du féminisme
Julie-Victoire Daubié, le déshonneur du ministère de l’Instruction publique
Hubertine Auclert, la première suffragette aux oubliettes de l’Histoire
Cléo de Mérode, la mauvaise réputation
Berty Albrecht, « la secrétaire de… »
Alexandra David-Néel, « une Parisienne sur le toit du monde »

L’EXCEPTION QUI CONFIRME LA RÈGLE DU GENRE

Madeleine Lemaire, « l’impératrice des fleurs »
Sophie Germain, une simple note en bas de page
Séverine, « rien que Séverine »
Louise de Bettignies, « la Jeanne d’Arc du Nord »
Paulette Nardal, la fierté d’être noire
Irène Némirovsky, une reconnaissance française
Marguerite Thibert, la haute fonctionnaire du BIT


Conclusion