1 juin 2010

EAN : 9782846703178

10.3 x 20 - format poche - Broché - 128 pages

10,95 €

Pour les commandes à l’étranger, merci de nous contacter directement par mail : contact[at]lecavalierbleu.com.

Format ePub : 9782846706346

6,99 €

Le Maghreb

Pierre VERMEREN

  • Lire un extrait

« Les Maghrébins sont des Arabes », « Au Maghreb, on parle français », « Le Maghreb est un carrefour de civilisations », « Au Maghreb, c’est l’explosion démographique », « Au Maghreb, les femmes n’ont aucun droit », « Les Berbères, ce n’est pas pareil… », « Le Maghreb, c’est la chasse gardée de la France »… Pierre Vermeren nous invite à (re)découvrir cette Afrique du Nord avec laquelle nous avons des liens historiques et culturels très forts.

 

Sommaire

Introduction

Une identité chahutée par l’histoire

« Le Maghreb, c’est l’Orient. »

« Les Maghrébins sont des musulmans. »

« Les Maghrébins sont des Arabes. »

« Au Maghreb, on parle français. »

« Le Maghreb, c’est le tiers-monde ! »

Le Maghreb, frontière ou trait d’union ?

« Le Maghreb est un carrefour de civilisations. »

« Les Maghrébins sont hospitaliers. »

« Le Maghreb, c’est l’Afrique ! »

« Le Maghreb, c’est le désert. »

« Les juifs d’Afrique du Nord sont tous partis. »

Les Maghrébins, miroir proche de notre altérité

« Les Maghrébins ne sont pas comme nous ! »

« Au Maghreb, c’est l’explosion démographique. »

« Au Maghreb, il faut des gouvernements à poigne ! »

« Au Maghreb, les femmes n’ont aucun droit. »

Le Maghreb et la France, une relation passionnelle

« L’Afrique du Nord, c’est le paradis ! »

« Les Maghrébins veulent tous venir en France. »

« Les Berbères, ce n’est pas pareil… »

« Le Maghreb, c’est la chasse gardée de la France. »

Conclusion

 

Presse

– Pierre Vermeren était l’invité de l’émission Cultures Monde sur France Culture, diffusée le 17 janvier 2013. Pour l’écouter, cliquez ICI.
– À lire : l’article « Hamza, Neda, Mohammed Bouazizi… Pourquoi la révolution a-t-elle besoin de martyrs? » de Stéphanie Plasse et Laura Guien sur slate.fr, dans lequel Pierre Vermeren est cité, disponible ICI.