ACTUALITÉ

À la une

2022, une année géopolitique

Cette semaine, nous vous proposons de revenir sur l’année 2022 avec cette sélection de livres :

L’Ukraine : de l’indépendance à la guerre, de Alexandra Goujon

Depuis une dizaine d’années, l’Ukraine apparaît régulièrement sur le devant de la scène internationale, que ce soit pour ses mouvements protestataires, ou à propos de l’annexion de la Crimée par la Russie et du conflit à l’est du pays, semblant constituer le théâtre d’une nouvelle guerre froide qui cristallise les tensions entre la Russie et les nations occidentales.
Les événements récents sont aussi l’occasion de mesurer combien notre connaissance de ce pays est lacunaire, se limitant souvent aux clichés d’une Ukraine berceau de la Russie, terre des cosaques, grenier à blé de l’URSS et d’une suite de gouvernants entachés par une corruption massive.
Partant de ces idées reçues, Alexandra Goujon dresse un portrait précis et documenté de cette Ukraine, terre de contrastes.

Voir la fiche du livre ICI.

Géopolitique de la santé, de Lucie Guimier

Le champ de la santé est depuis longtemps source de tensions scientifiques, diplomatiques et politiques entre les nations. La pandémie de Covid-19 nous a rappelé les rivalités de pouvoir à l’œuvre : diplomatie du vaccin, fermeture des frontières, rapports de domination inter- et intra-étatiques, influence des fondations philanthropiques, etc.
Comment des questions sanitaires deviennent-elles des enjeux géopolitiques ? Par quels processus les interrelations étatiques influencent-elles en retour la santé des populations ? Depuis plusieurs années, certains débats – obligations vaccinales, interruption volontaire de grossesse, etc. – traduisent des enjeux profonds de société et révèlent la pluralité des questionnements autour de la santé publique.
Les ramifications dans ce domaine sont complexes et montrent combien santé et géopolitique sont étroitement imbriquées.

Voir la fiche du livre ICI.

Géopolitique des extrêmes droites, de Stéphane François

Repli identitaire, nationalisme, fermeture des frontières… l’idéo­logie des extrêmes droites semble aux antipodes du concept même de relations internationales. Quel sens a donc une approche géopolitique ?
Au-delà du fantasme d’une « Internationale brune », l’histoire des mouvements d’extrême droite montre que ses militants n’ont eu de cesse de sortir de l’isolement national en se nourrissant de théoriciens d’horizons divers dont les idées diffusent mondialement. Pensons à l’assassin de Christchurch se réclamant de Renaud Camus et de son idéologie du « grand remplacement ».
Reprenant la thèse du choc des civilisations de Samuel Huntington et convaincues que l’avenir sera constitué de grands ensembles civilisationnels conflictuels, les extrêmes droites construisent ainsi une géopolitique identitaire censée lutter pour la survie de la « race blanche ». De quoi se nourrit l’extrême droite ? Sur quels discours s’appuie-t-elle ? Comment se mettent en place ses réseaux internationaux ?
C’est ce que décrit Stéphane François dans cette analyse originale des contenus idéologiques et des grandes phases de dévelop­pement des extrêmes droites de par le monde.

Voir la fiche du livre ICI.

Géopolitique de l’Indo-Pacifique, de Paco Milhet

Derrière chaque dénomination géographique se cache une intention politique. L’Indo-Pacifique ne déroge pas à la règle… Nouveau leitmotiv des relations internationales, cette construction stratégique vise à contenir la montée en puissance de la Chine et met en exergue la rivalité sino-américaine. Mais elle se traduit aussi par des enjeux régionaux qui ne sont pas toujours en ligne avec la stratégie de certaines métropoles, notamment la France, acteur important grâce à ses collectivités présentes dans la région.
Les problématiques de l’Indo-Pacifique se développent donc à plusieurs échelles, internationale, nationale et locale. Ce sont ces représentations multiscalaires, conduisant à des intérêts géo­politiques parfois concurrents, que Paco Milhiet analyse dans cet ouvrage.

Voir la fiche du livre ICI.

 

 

Agenda

Rencontres Écrire à l’encre violette

Après des siècles d’un silence quasi-entier, plusieurs œuvres ouvertement lesbiennes sont publiées au tout début du XXe siècle. Depuis lors, des années folles à l’après-guerre, de l’histoire militante des années 1970 à la naissance de l’édition spécialisée, jusqu’à l’effervescence du début du XXIe siècle, ce sont des centaines de textes qui disent et théorisent leur existence. Parcourant tous les genres, ils mettent en scène le lesbianisme, nomment et nourrissent une culture partagée, en réactivent la mémoire et les noms.
Né du constat d’une mémoire immense, mais enterrée, éclatée et négligée, Écrire à l’encre violette souhaite rendre compte de l’ampleur de ce dialogue lesbien : il intègre et modifie le cadre de la littérature, ouvre d’autres perspectives en bousculant ses normes.

Pour voir la fiche du livre et en lire un extrait, cliquez ICI.

 

– Rencontre avec Aurore Turbiau à Charleville-Mézières le 9 décembre 2022 à 19h au café-librairie Chez Josette.

Informations pratiques :
Café-librairie Chez Josette
5, rue de l’Arquebuse
08000 Charleville-Mézières
contact@chezjosette.org
Informations à venir sur la page facebook de la librairie ICI.

 

– Rencontre avec les auteurices à Besançon le 15 décembre 2022 à 20h au Pixel.

Informations pratiques :
Café-resto culturel et associatif Le Pixel
12 avenue Gaulard (au cœur de la cité des arts)
25056 Besançon
03.81.53.04.50
lafurieuse.besancon@gmail.com
Informations à venir sur la page du Pixel ICI.

 

– Conférence avec Margot Lachkar et Alexandre Antolin à Saint-Martin-d’Hères le 23 février 2023 de 17h30 à 19h30 sur la thématique « Étudier les littératures lesbiennes » dans le cadre « Enquêter sur et avec le genre : une discussion interdisciplinaire »

Informations pratiques :
Conférence gratuite et ouverte à toutes et tous, en présentiel ou en distanciel.
MSH Alpes
1221 avenue Centrale
38400 Saint-Martin-d’Hères
Informations à venir sur la page du séminaire ICI.

 

Agenda

Rencontre avec Frédéric Sallée

Frédéric Sallée, auteur de La Mécanique de l’histoire, donnera une conférence sur les idées reçues sur l’histoire le mardi 7 février à 20h30 à Anglet dans le cadre du cycle de conférences philosophie proposé par Christophe Lamoure.

L’histoire est omniprésente dans notre quotidien, à travers l’école, les documentaires ou les revues de vulgarisation. Mais ses fondements et ses codes sont souvent méconnus et mal compris du grand public. Or, elle forme l’esprit critique et nécessite une approche disposant d’outils scientifiques, nécessaires à la compréhension du monde. Comprendre l’Histoire, sa mécanique et ses codes, c’est ainsi comprendre que l’historien ne converse pas seulement avec les morts, mais qu’ils s’adressent aux vivants, leur insufflant ce supplément d’âme du passé pour leur faire comprendre où ils vont.

Pour voir la fiche du livre, cliquez ICI.

Informations pratiques
Ecuries de Baroja
19, Rue des Quatre Cantons
Anglet 64600
culture@anglet.fr
Réservations en ligne sur le site de la ville ICI.

Agenda

Expo Anatomie comparée des espèces imaginaires !

La nouvelle édition du livre de Jean-Sébastien Steyer et Arnaud Rafaelian, Anatomie comparée des espèces imaginaires (parution le 15 septembre 2022), a donné lieu à une exposition itinérante qui commence au Musée du château des ducs de Wurtemberg à Montbéliard du 17 septembre au 12 mars 2023. Elle voyagera ensuite au Museum de Nantes, au Museum d’Auxerre pour se terminer au Musée Buffon de Montbard en 2025.

Films, BD, comics… les univers fictionnels passionnent et regorgent d’êtres imaginaires qui empruntent leurs caractéristiques fantastiques à des espèces bien réelles. Des dragons de la mythologie à notre voisin Totoro, du monstre d’Alien à la Vouivre, l’exposition Anatomie comparée des espèces imaginaires est l’opportunité de découvrir l’anatomie comparée et les sciences de l’évolution (paléontologie, biologie, …) à travers l’analyse rigoureuse mais amusante d’espèces fantastiques.

Cette exposition de 200 m2 présente de grandes planches anatomiques d’Arnaud Rafaelian, des sculptures volumiques originales réalisées par Ophys et des textes de Jean-Sébastien Steyer. Elle a été construite en partenariat entre le musée de Montbéliard, le Museum de Nantes, le Museum d’Auxerre et le Musée Buffon de Montbard.
Commissariat d’exposition : Jean-Sébastien Steyer.

Infos pratiques :
Musée du château des ducs de Wurtemberg
Cour du château
25200 Montbéliard
03 81 99 22 61
musees@montbeliard.com
Téléchargez le dossier de presse ICI.
Plus d’informations sur le site du musée de Montbéliard ICI.

Pour voir la fiche du livre et le commander cliquez ICI.

Top