ACTUALITÉ

À la une

Géopolitique des données numériques primé !

L’ouvrage d’Amaël Cattaruzza, Géopolitique des données numériques, obtient le prix Impératrice Eugénie 2019.

Ce prix, décerné par la Société de Géographie, a été fondé en 1869 comme prix pour les sciences auxiliaires et services rendus à la Société de Géographie.

Au cours des deux dernières décennies, la production de ­données numériques a connu une croissance sans précédent, transformant les relations entre états, mais aussi entreprises privées (GAFAM) et autres acteurs (hackers, cybercriminels, etc.). Ces dynamiques conduisent à s’interroger sur les nouvelles formes de rivalités territoriales dans ce contexte ouvert et réticulaire où la localisation physique des données peut ne pas correspondre à leur localisation logique ou juridique.
Or, le traitement de ces masses de données disparates nécessite ­aujourd’hui l’utilisation de nouveaux outils (Big Data, intelligence ­artificielle) qui sont devenus des instruments de pouvoir sur la scène internationale. Et dont l’usage impacte plus généralement les modes de gouvernement politique de nos sociétés.
Dans cet ouvrage dense et très complet, Amaël Cattaruzza montre comment les données numériques ont doublement modifié la géopolitique. D’une part en redéfinissant les notions de frontière et de puissance entre états et acteurs non étatiques, et de l’autre en refaçonnant son propre champ d’étude.

Cliquez ICI pour aller vers la fiche complète du livre.

À la une

Nouvelle collection !

Une nouvelle collection va voir le jour au Cavalier Bleu. Les premiers titres paraitront en mars 2019 (Géopolitique de l’art contemporain de Nathalie Obadia, et Géopolitique des données numériques de Amaël Cattaruzza).

L’interdépendance croissante de nos sociétés complexifie les relations entre les peuples, les espaces, les faits. De nouvelles questions émergent qui dépassent les frontières du seul territoire.
Etat des lieux du monde contemporain, la collection Géopolitique permet ­d’aborder ces questions dans leur globalité et ainsi ­saisir les nouvelles relations de pouvoir.

Il s’agit de dépasser une vision parcellaire, conséquence de l’hyper­spécialisation, pour saisir les phénomènes dans leur globalité et comprendre ce qu’ils disent de nos sociétés. Chaque ouvrage de la collection s’inscrit donc dans cette logique de réseau et de globalité. Il ne ­s’attache pas à un territoire, mais à un thème, sortant ainsi du cadre habituel d’une géopolitique par pays ou par région.

Top