1 mars 2003

EAN : 2846700516

10.5 x 18 - format poche - broché - 128 pages

10,95 €

Pour les commandes à l’étranger, merci de nous contacter directement par mail : contact[at]lecavalierbleu.com.

Format ePub : 9782846709392

6,99 €

L’Intégration

Azouz BEGAG

  • Lire un extrait

« S’intégrer, c’est pourtant simple », « Être intégré, c’est se faire discret », « Certaines cultures s’intègrent mieux que d’autres », « L’immigration menace l’identité française », « La langue est un puissant facteur d’intégration », « L’intégration passe par le mariage mixte », « L’intégration, c’est la reconnaissance sociale »… Autant d’idées reçues que nous entendons fréquemment et qui son ici analysés par Azouz Begag.

Azouz Begag est un homme politique, écrivain et chercheur français en économie et sociologie au CNRS. Il est cofondateur des Clubs Convergences. Fondés en 2002, ces derniers ont pour objectif de sortir de l’anonymat les « réussites » de l’immigration. Il a été Ministre délégué à la promotion de l’égalité des chances du 2 juin 2005 au 5 avril 2007 sous le gouvernement Dominique de Villepin.

 

Sommaire

Introduction

S'intégrer


« L’intégration fait partie de l’esprit français. »

« S’intégrer, c’est pourtant simple ! »

« La langue est un puissant facteur d’intégration. »

« L’intégration passe par le mariage mixte. »

« Être intégré, c’est se faire discret. »

« Les jeunes des banlieues ne cherchent pas à s’intégrer. »

« Pour pouvoir s’intégrer, il faut de l’argent. »

Intégrer l’autre

« Certaines cultures s’intègrent mieux que d’autres. »

« L’immigration menace l’identité française. »

« L’humour désamorce les tensions entre les groupes. »

« La situation des banlieues signe l’échec de l’intégration. »

« La désintégration, c’est commettre des actes insensés. »

Intégration et politique

« L’intégration, c’est un problème urbain. »

« L’intégration, c’est la reconnaissance sociale. »

« Pas d’intégration sans participation politique. »

« L’islam et la république ne peuvent faire bon ménage. »

« L’intégration, c’est pouvoir choisir son lieu d’inhumation. »

Conclusion