6 mars 2014

EAN : 9782846705325

14 x 20,5 cm - broché - 224 pages

22,00 €

Pour les commandes à l’étranger, merci de nous contacter directement par mail : contact[at]lecavalierbleu.com.

L’Occident face à la nature : à la confluence des sciences, de la philosophie et des arts

Sylvine PICKEL CHEVALIER

  • Lire un extrait

Menacée, exploitée, mais aussi capable de réactions dévastatrices, la nature est au centre des sociétés occidentales modernes et notre perception est largement conditionnées par les idées reçues : on magnifie un « âge d’or » où l’homme aurait vécu en harmonie avec la nature, on accuse la Révolution industrielle et le tourisme de masse de la détruire à petit feu et l’on se réfugie dans une « révolution durable » qui serait garante d’une bonne relation à la nature. On le constate, la nature est loin d’être une simple réalité physique immuable. Elle est au contraire une construction sociale évolutive, héritage de notre histoire et de ses transformations culturelles, économiques et sociales.

Sylvine Pickel Chevalier est géographe et maître de conférences à l’Université d’Angers.
Préface de Philippe Violier.

Ouvrage réalisé en partenariat avec ITBS (Université d’Angers) et Terre des sciences.
   

 

Sommaire

Introduction

L’époque préindustrielle était l’Âge d’or

« Dans l’Antiquité, les hommes vivaient en harmonie avec la nature. »

« Le Moyen Âge, c’est l’obscurantisme et les forêts profondes hantées de loups. »

« La Renaissance est une floraison artistique qui sublime la nature. »

« Le règne du Roi Soleil rend grâce à la puissance des éléments naturels. »

La nature est bouleversée par l’avènement de la société de loisirs

« Contre le rationalisme, les Lumières inventent une vision sensible de la nature. »

« La Révolution industrielle entraîne une destruction massive de l’environnement. »

« Les années 1950 inaugurent l’ère du “bronzer idiot”. »

« Le tourisme de masse dévaste la nature. »

La « révolution durable », garante d’une bonne relation à la nature ?

« Les années 1970 redéfinissent la nature comme un patrimoine international menacé. »

« Aujourd’hui, il existe un véritable besoin de retour à la nature. »

« Les tourismes alternatifs sont des solutions durables pour l’environnement. »

« La beauté de la nature est une valeur universelle, favorisant la compréhension entre les peuples. »

Conclusion

Annexes

Pour aller plus loin

UFR Ingénierie du Tourisme, du Bâtiment et des Services

Terre des sciences

 

Presse

– Article sur l’ouvrage sur le site de l’université d’Angers. Pour voir l’article, cliquez ICI.

– Vidéo faite sur l’ouvrage par la bibliothèque universitaire d’Angers. Pour voir la vidéo, cliquez ICI.

– Entretien avec l’auteure autour de l’ouvrage sur Culturesciences.fr. Pour le lire, cliquez ICI.

– Article sur l’ouvrage dans le numéro spécial (n°445) de Pour la Science, novembre 2014. Pour le lire, cliquez ICI.