1 mars 2013

EAN : 9782846704878

14 x 20,5 cm - Broché - 208 pages

22,00 €

Pour les commandes à l’étranger, merci de nous contacter directement par mail : contact[at]lecavalierbleu.com.

La Nouvelle Guerre des étoiles

idées reçues sur la défense antimissile

Emmanuel DELORME, Bruno GRUSELLE, Guillaume SCHLUMBERGER

  • Lire un extrait

Associée à la Guerre froide et au projet de « Guerre des étoiles » de l’administration Reagan, la défense antimissile connaît une nouvelle vigueur. Répondant à une menace, perçue ou réelle, par les États et les opinions publiques, celle-ci est en effet devenue l’un des sujets clés de la redéfinition des grands équilibres stratégiques. Et pourtant, on en ignore encore largement les implications technologiques, financières et militaires majeures. Il est vrai que, pour un public non spécialiste, le sujet reste complexe, se résumant bien souvent à des idées reçues caricaturales mêlant missiles balistiques et menace nucléaire, pointant du doigt l’Iran, la Syrie, la Corée du Nord, sans oublier la Chine, la Russie, Israël et l’Inde, et le rôle des États-Unis… Les auteurs proposent ici un ouvrage didactique destiné au public le plus large afin d’illustrer la complexité technique, opérationnelle et stratégique de la défense antimissile.

Emmanuel Delorme, lieutenant-colonel, est diplômé de l’école de l’Air et d’un master en Relations internationales à Sciences Po. Il est actuellement coordonnateur du dossier défense antimissile à la Délégation aux Affaires stratégiques.
Bruno Gruselle est Maître de recherche au sein du pôle « proliférations-dissuasion » à la FRS (Fondation pour la recherche stratégique).
Guillaume Schlumberger est chercheur associé à la FRS.

Cet ouvrage a été réalisé en partenariat avec la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).

 

Sommaire

Introduction

Les missiles balistiques

« Les missiles balistiques accroissent la menace nucléaire. »

« La mise au point d’un missile balistique est une affaire complexe. »

« La plupart des pays proliférants font appel à des transferts de technologies pour développer leur capacité balistique. »

« Les missiles balistiques sont invulnérables. »

« Iran, Syrie, Corée du Nord… ces “États voyous” qui constituent la menace balistique. »

Les défenses antimissiles

« Ce sont les Américains qui sont à l’origine de la défense antimissile. »

« L’interception d’un missile est une affaire de quelques minutes. »

« La défense antimissile n’est pas plus compliquée que la défense aérienne. »

« La défense antimissile n’est pas régie par des règles de droit international. »

« La défense antimissile correspond à la défense de l’espace. »

« La défense antimissile suppose la création d’une architecture complexe de systèmes de systèmes. »

« La défense antimissile est une tentative des États-Unis pour imposer leurs stratégies et leurs solutions à leurs alliés. »

« La défense antimissile nécessite des investissements importants que peu de pays peuvent se permettre… surtout en temps de crise ! »

« Les programmes de défense antimissile donnent aux industries d’armement américaines un réel avantage compétitif. »

« La composante navale est désormais une des composantes essentielles de la stratégie de défense antimissile américaine. »

« La défense antimissile s’est imposée à l’Europe. »

« La défense antimissile ne sera bientôt plus la chasse gardée des États-Unis. »

« La défense antimissile est compatible avec la dissuasion nucléaire. »

Conclusion

 

Presse

– Compte rendu de l’ouvrage dans le n° 81 de juin 2013 de la revue ONP (Observatoire de la non-prolifération) du CESIM (Centre détudes de sécurité internationale et de maîtrise des armements). Pour le lire, cliquez ICI.
– Compte rendu de l’ouvrage dans le Bulletin Quotidien (quotidien d’information documentation et prospective) du 16 mai 2013 (n° 10 107). Pour le télécharger, cliquez ICI.
– Compte rendu de l’ouvrage paru dans la Lettre d’informations stratégiques et de défense (TTU) n° 884, datée du 27 mars 2013.
– L’ouvrage cité dans Le Figaro du 19 mars 2013. Pour télécharger la page, cliquez ICI.