1 mars 2005

EAN : 2846701024

10.5 x 18 - format poche - Broché - 128 pages

10,95 €

Pour les commandes à l’étranger, merci de nous contacter directement par mail : contact[at]lecavalierbleu.com.

La Sorcellerie

Lionel OBADIA

  • Lire un extrait

« La sorcellerie représente les forces du mal », « Chats noirs, hiboux, corbeaux… sont les animaux des sorcières », « La sorcellerie est une affaire de femmes », « La sorcellerie, c’est pas chrétien ces choses-là ! », « Le bûcher est le châtiment des sorcières », « Le satanisme, c’est la sorcellerie moderne »… Des chamans des sociétés lointaines aux sorcières des siècles passés, au travers d’une approche historique et culturelle, l’auteur nous invite ici à découvrir les différentes facettes de la sorcellerie.

Lionel Obadia, professeur en anthropologie sociale et culturelle à l’université Lyon 2-Lumière, s’intéresse depuis plus de dix ans aux magies et aux religions du monde ; il est auteur de La Religion dans la même collection.

 

Sommaire

Introduction

Sorcellerie, histoire et culture


« La sorcellerie est une tradition primordiale de l’humanité. »

« Le bûcher est le châtiment des sorciers. »

« La sorcellerie représente les forces du mal. »

« Les sorciers pratiquent le sacrifice d’animaux. »

« La sorcellerie est une superstition exotique. »

« Chat noir, corbeau, hibou… sont les animaux des sorciers. »

Sorcellerie et société

« La sorcellerie, c’est bon pour les paysans. »

« La sorcellerie est le signe d’une société qui va mal. »

« La sorcellerie, c’est du passé. »

« Le satanisme est la forme moderne de la sorcellerie. »

« La sorcellerie est une affaire de femmes. »

« Les sorciers n’existent pas vraiment. »

Sorcellerie, croyances et religion

« Les sorciers ne sont que des prestidigitateurs. »

« La sorcellerie exploite la faiblesse de certains esprits. »

« La sorcellerie, c’est pas chrétien cette chose-là ! »

« Je n’y crois pas… mais j’en ai quand même un peu peur. »

« Ma grand-mère est un peu sorcière. »

« Les sorcières, c’est des histoires pour les enfants ! »

Conclusion