1 septembre 2007

EAN : 9782846701730

10.5 x 18 - format poche - Broché - 128 pages

10,95 €

Pour les commandes à l’étranger, merci de nous contacter directement par mail : contact[at]lecavalierbleu.com.

Format ePub : 9782846709156

6,99 €

L’Epilepsie

Pierre JALLON

  • Lire un extrait

« Les crises, à force de se répéter, peuvent abîmer le cerveau », « L’épilepsie, c’est une forme de folie ! », « Les épileptiques peuvent avaler leur langue, s’étouffer et mourir ! », « Les crises disparaissent à l’adolescence », « Avec mon épilepsie, je ne peux plus conduire », « L’épilepsie est héréditaire »… Balayant les idées reçues sur cette affection neurologique qui inquiète, Pierre Jallon nous fait réfléchir sur son incidence médicale mais aussi sociale.

Chef de l’Unité d’épileptologie Clinique des Hôpitaux Universitaires de Genève et professeur à la faculté de médecine, Pierre Jallon est l’auteur de nombreux ouvrages et publications sur l’épilepsie.

 

Sommaire

Introduction

La maladie épileptique


« Dès la première crise, je « suis » épileptique. »

« Les crises, à force de se répéter, abîment le cerveau. »

« L’épilepsie touche surtout les enfants. »

« Dans l’épilepsie, il y a le Grand Mal et le Petit Mal. »

« L’épilepsie, c’est la perte du contrôle de soi. »

Les causes des épilepsies

« L’épilepsie, c’est une forme de folie. »

« L’épilepsie, c’est héréditaire. »

« Mon enfant s’est développé normalement jusqu’à cette crise. »

« Si les crises viennent du cerveau, on devrait voir quelque chose au scanner. »

« L’épilepsie est plus fréquente dans les milieux défavorisés. »

Les traitements

« Avec ces médicaments, je ne devrais plus avoir de crises. »

« Les crises disparaissent à l’adolescence. »

« L’épilepsie, ça ne s’opère pas. »

« Les épileptiques peuvent avaler leur langue, s’étouffer et mourir. »

Vivre avec une épilepsie

« Je ne peux plus le laisser devant son ordinateur. »

« Crise au travail, licenciement assuré. »

« Avec mon épilepsie, je ne peux plus conduire. »

« Un enfant épileptique n’a pas une scolarité normale. »

« Avec ces crises, je ne peux plus rien faire. »

« Je risque de faire une crise lors de mon accouchement. »

Conclusion