1 août 2005

EAN : 2846701121

10.5 x 18 - format poche - Broché - 128 pages

10,95 €

Pour les commandes à l’étranger, merci de nous contacter directement par mail : contact[at]lecavalierbleu.com.

Format ePub : 9782846707022

6,99 €

Les Romains

Bertrand LANÇON

« L’Empire romain était trop vaste à gouverner », « L’Empire, c’est la paix romaine », « Les Romains avaient la passion des jeux sanglants », « L’Empire romain a persécuté les chrétiens », « Constantin est le créateur de l’Empire chrétien », « L’Empire tardif, c’est la décadence », « Tous les chemins mènent à Rome »… Spécialiste de la période tardive de l’Empire romain, l’auteur revient ici sur les nombreux clichés, d’Astérix à nos souvenirs d’apprentis latinistes, en passant par les péplums, que ces Romains n’ont cessé de susciter.

Bertrand Lançon enseigne l’histoire antique à l’université de Bretagne occidentale.

 

Sommaire

Introduction

Proverbiales


« Tous les chemins mènent à Rome. »

« Ils sont fous, ces Romains ! »

« L’Empire romain était trop vaste à gouverner. »

« L’Empire romain était un régime militaire et fruste. »

« L’Empire, c’est la paix romaine. »

Société, culture, mentalités

« Les populations de l’Empire ont été romanisées. »

« Les Romains n’étaient pas des marins. »

« Les Romains n’étaient pas philosophes. »

« Les Romains avaient la passion des jeux sanglants. »

« L’économie romaine était esclavagiste et précapitaliste. »

Paganisme, christianisme et modernité

« Les Romains avaient une religion ritualiste et civique. »

« L’Empire romain a persécuté les chrétiens. »

« Paganisme et christianisme se sont violemment affrontés dans les premiers siècles de notre ère. »

« Constantin est le créateur de l’Empire chrétien. »

« Rome était païenne, Constantinople chrétienne. »

La fin de l'Empire romain

« L’Empire tardif, c’est la décadence. »

« Le Bas-Empire romain était un régime totalitaire. »

« L’Empire romain a péri sous les invasions barbares. »

« La chute de l’Empire romain marque la fin de l’Antiquité. »

« La civilisation arabe ne doit rien aux Romains. »

Conclusion